L’eau, l’air, le cyclisme … la vie !

Publié par 
Othello Desurmont,
le 
Accueil, Ecologie, Santé

Partager

L’eau, l’air, le cyclisme … la vie !

Le cyclisme est un sport très populaire qui est source de nombreux bienfaits.
Bon pour la santé physique et mentale, les jeunes y acquièrent un self-control et une harmonie sur le plan musculaire, tandis que les moins jeunes mettent au défi lombalgies et arthroses et font fuir toute manifestation de dépression.
Le vélo serait un vaccin contre le mal-être !
Les associations européennes, américaines et canadiennes de prévention des maladies considèrent que la pratique quotidienne d’une activité physique comme mesure préventive fait partie des mesures les plus efficaces. L’efficacité de l’exercice physique a été confirmée pour au moins 6 affections fréquentes : cardiopathie ischémique (infarctus, angine de poitrine), hypertension, obésité, diabète, ostéoporose et dépression.
Pratiqué de façon modérée mais régulière, le cyclisme a un effet remarquable sur le système cardio-vasculaire et respiratoire. C’est un sport complet qui sollicite toutes les parties du corps. Le premier bénéficiaire en est le cœur. D’une part, il se muscle et augmente sa force de contraction et par là même le débit de sang envoyé aux organes. D’autre part, la fréquence des battements du cœur ralentit en période de repos. On constate qu’il développe sa propre vascularisation coronaire, ce qui limite les risques d’infarctus.
Les personnes sujettes aux lourdeurs de jambes constatent pour leur part la régression de ce phénomène car le pédalage augmente le retour veineux.
Le vélo procure un sentiment d’euphorie qui s’explique, entre autres, par la sécrétion d’endorphines qu’accompagne sa pratique. En brûlant les surplus d’adrénaline circulant dans le sang, le vélo calme, relaxe et agit rapidement sur le stress entraînant à plus long terme une amélioration de la mémoire, de la prise de décisions et du sommeil. Il diminue la tension artérielle, ralentie le rythme cardiaque et stimule le système immunitaire.

Dans le cas de personnes diabétiques, il améliore même le contrôle glycémique et permet de ralentir la progression de la maladie.

Pratiquer le vélo facilite la digestion, l’irrigation du cerveau et le maintien musculaire.
En contact immédiat avec l’environnement, le cycliste développe son ouïe (spectre sonore varié), sa vue (champ visuel sans contraintes), son toucher (accélérations et décélérations) et son odorat (respiration activée).

L’OMS recommande l’équivalent d’une demie heure d’activité quotidienne modérée comme le vélo, le jogging et la natation, accompagnée d’une heure hebdomadaire d’activité plus vigoureuse.
Comme le disait Marc Danzon, directeur régional de l’OMS pour l’Europe en 2002 « Il faut prendre conscience du fait que l’activité physique est la clé d’un mode de vie sain et qu’elle doit faire partie intégrante de la vie quotidienne. Pour cela, il suffit d’effectuer les petits déplacements à pied et à vélo. Le secret est simple : 30 minutes d’effort physique par jour en moyenne».

En améliorant les performances musculaires et la coordination des gestes, le cyclisme aide à la construction d’une meilleure image de soi-même. Il permet de prendre conscience de ses capacités et de ses limites.

Sources :

Cyclos59
Doctissimo

Partager

comparateur Antivol velo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Catégories

Newsletter cyclisme


comparateur Antivol velo

Qualité de l'air