Témoignage sur la remorque vélo Hinterher : choix et fabrication

Publié par 
Fannie ,
le 
Divers, Interviews / portraits, Matériel vélo, Matériel vélo transport, On parle de vous

Partager

Témoignage sur la remorque vélo Hinterher : choix et fabrication

Nous avons reçu de Mathieu Thomachot un témoignage sur la remorque Hinterher. Il nous raconte son aventure cycliste et sa décision de fabriquer lui-même une remorque vélo utilitaire. Il nous livre son expérience et des trucs pour fabriquer une remorque velo avec les éléments de la marque Hinterher. La preuve que le DIY velo, c’est faisable et vraiment pratique quand on connaît ses besoins et qu’on a un peu envie de bidouiller par soi-même.

Avant d’avoir une remorque, comment le vélo cargo m’a dépanné

La découverte du vélo cargo en Chine

Depuis des années, je suis fasciné par les vélos cargos et leur capacité à transporter des objets lourds ou volumineux, ou des personnes. Lors de plusieurs voyages professionnels en Chine, j’ai constaté que de nombreux transports y étaient effectués avec des triporteurs à assistance électrique, aux capacités impressionnantes, véritables concurrents des véhicules utilitaires, que ce soit pour des vendeurs de rue, des artisans, des déménageurs ou des transporteurs en tous genres. Je considère les vélos cargos comme une alternative à la voiture, ou au moins à la deuxième voiture.

J’ai longtemps envisagé de construire mon propre vélo cargo, avec les barrières techniques que cela implique. Pendant ce temps, je voyais mes enfants grandir et l’espoir de les transporter en vélo cargo s’amoindrir…

>>> A LIRE AUSSI : Un projet DIY vélo : fabriquer un panier avant

Le choix du vélo cargo pour une famille cycliste active

A l’été 2019, deux évènements ont changé la donne : la fin de vie de ma voiture, et un nouveau job. Je voulais initialement m’acheter un Urban Arrow Family, mais il avait 6 mois de délai, alors que le Spicy Curry de Yubba était en stock. Pas très emballé par la formule long tail au début, je pense qu’au final, ce fut le bon choix : la conduite est plus facile à appréhender car elle est comparable à un vélo classique.

De plus, la modularité du vélo permet de l’utiliser aussi bien pour le transport d’enfants que pour le cargo utilitaire ou le voyage, grâce aux nombreux accessoires et au système ingénieux de tubes qui s’emboitent.

Qui dit changement de job dit nouveau trajet en vélotaf. Je roule désormais 30 km par jour avec le vélo cargo ! J’utilise également ce vélo pour récupérer mes enfants à l’école, faire mes courses au drive, emmener les enfants aux activités. En 5 mois, j’ai déjà parcouru 3000 km.

Depuis que j’ai mon vélo cargo, je m’en sers pour emmener des gravats à la déchetterie : j’aménage une cave dans laquelle je veux créer un atelier. Le Yuba possède un accessoire, le Carry-On, qui permet d’aménager une plateforme utilitaire à l’arrière du vélo. J’utilise cette plateforme pour transporter des sacs de gravats de 50 kg. Si l’opération fonctionne, elle m’oblige chaque fois à enlever les sièges de mes enfants. C’est pour cela que j’ai entrepris la construction d’une remorque à vélo.

velo-cargo-mobilite

velo cargo courses

Pourquoi choisir de fabriquer soi-même une remorque vélo utilitaire ?

J’ai longtemps hésité entre construire une remorque à vélo et acheter une remorque du commerce. J’ai choisi de la construire pour deux raisons. D’abord, le Yuba Spicy Curry possède un cadre qui permet de réaliser tractage central, au bas du cadre. C’est la configuration la plus idéale du point de vue mécanique, par rapport au tractage par le tube de selle ou sur un côté de l’axe de roue. Mais cette configuration est tellement rare qu’il n’existe pas de remorques directement adaptées. Ensuite, j’aime fabriquer les choses, et je voulais m’essayer à la fabrication d’une remorque, alors tous les prétextes sont bons !

Ma remorque idéale serait faite avec des tubes cintrés et soudés, et quelques pièces usinées. Mais comme je n’ai pas encore d’atelier, ni acquis les compétences, je dois me rabattre sur des solutions simples. J’ai longtemps cherché des kits pour remorques à vélo sur le net. Après de nombreuses recherches, j’ai découvert la marque Hinterher et j’ai été touché par l’histoire de son créateur et la diversité et l’ingéniosité de leurs produits. J’ai été également ravi de voir que cette marque était distribuée par Lecyclo.com.

Le choix de matériaux pour faire une remorque vélo Hinterher

Pour ma remorque, j’ai choisi un châssis pour plateforme de remorque, deux fixations pour châssis, deux roues de vingt pouces, deux axes de roues. Attention, les axes de roues sont fournis avec un joint torique et une entretoise. Si vous utilisez un châssis, l’entretoise n’est pas utile. Elle sert uniquement si vous utilisez un support individuel destiné à des charges plus faibles.

essieu maison faire remorque vélo hinterher

Pour réaliser l’ossature de la remorque, j’ai acheté de la cornière pré-percée, ce qui est très pratique pour l’assemblage et pour fixer des sangles lors des transports. J’ai ensuite réalisé un plancher avec des chutes de contreplaqué de 15 mm que j’avais chez moi.

Pour la fixation de la remorque, je suis parti d’un attelage pour selle de vélo. Au lieu de l’attacher à la selle, je l’ai fixé sur la partie basse de mon Yuba, en profitant des vis présentes sur les repose-pieds, en ayant pris soin de mettre un joint entre les deux, pour ne pas marquer le bois. Côté remorque, j’ai réalisé le timon en assemblant deux longueurs de cornière en triangle et j’ai installé la cuillère de l’attelage à l’extrémité. Il est important que la base du timon soit proche du châssis. Cela donne plus de rigidité et évite que le timon ne plie lorsque la remorque est chargée à l’avant.

fixation remorque velo construction maison

J’ai effectué les premiers roulages avec succès. Il ne reste plus qu’à éprouver cette remorque à l’usage, et voir ce qui peut être amélioré !

remorque velo hinterher à construire

 

>> A LIRE AUSSI : Choisir sa remorque vélo utilitaire

Quelques mots sur mon histoire, avant la remorque vélo Hinterher

Cycliste un jour, cycliste toujours…

randonneur véloAussi loin que remontent mes souvenirs, j’ai toujours eu un vélo. Avec la majorité, le permis de conduire, la première voiture et les études, j’ai oublié le vélo pendant quelques années.

Arrivé en région Grenobloise en 2003, j’ai été happé par d’autres passions : randonnée, snowboard, parapente, escalade. En 2009, naissance de mon fils. Un changement dans ma vie, avec des responsabilités et la nécessité d’être plus présent au quotidien. Ce fut pour moi une réduction drastique de mes sorties sportives, créant un besoin progressif d’évasion. J’étais comme un cheval de course dans un box. Pour palier ce manque, j’avais équipé mon vélo d’un siège bébé, que j’utilisais pour emmener mon fils chez la nounou et pour aller au travail.

En 2012, un ami m’avait proposé de rejoindre St-Raphaël depuis Grenoble à vélo, en 3 jours. Cette initiation au voyage fut pour moi une révélation qui me fit découvrir l’immense richesse de ce moyen de transport. Le vélo permet de traverser le monde, tout en vivant pleinement sa continuité : la beauté des paysages et des lumières, les sons, les odeurs, le vent chaud soulevant la poussière un après-midi d’été, le froid dense d’une vallée à l’aurore, le vent, la pluie, les rencontres avec les gens, tous ces éléments que l’on vit pleinement.

Fin 2013, naissance de ma fille, accompagnée de divers changements dans notre vie, qui ont limité mes ressources financières, tout en mobilisant une grande partie de mon temps libre. Je me suis alors retrouvé face à la question suivante : comment faire du sport et s’amuser en ayant moins de temps et moins d’argent ? Grâce au vélo bien entendu !

Pour le sport, j’ai tout simplement commencé à pratiquer le vélotaf de manière régulière. A l’époque, mon trajet maison-boulot était de 7 km.

De cycliste de loisir à papa bricoleur de vélos

Pour l’amusement, je me suis mis à bricoler. Un moyen de m’évader tout en restant près des miens. En 2016, j’ai construit un vélo couché à partir de vieux vélos de récupération. Cela faisait des années que j’étais fasciné par ce type de vélo. Je voulais en avoir un, mais je n’avais plus de quoi en acheter un du commerce. J’ai donc entrepris d’en construire un, après avoir découvert un site détaillant les étapes d’une telle construction.

renovation velo couché

Cette expérience m’a permis de découvrir énormément de choses à propos de la mécanique des vélos et du soudage, domaines auxquels je ne connaissais pas grand-chose auparavant. A force de démonter des vieux vélos pour en récupérer les pièces, je me suis mis à retaper des vieux vélos, d’abord pour mes enfants, puis pour ma femme et pour des amis. C’est comme ça que j’ai connu le site Lecyclo.com, qui propose de nombreux articles pour restaurer des vélos.

Depuis 2016, j’utilise exclusivement mon vélo pour me rendre à mon travail.

En 2017, dans le centre-ville de Grenoble, je me suis fait voler mon beau vélo que j’utilisais tous les jours pour me rendre à mon travail. N’ayant pas les moyens de m’en racheter un, je me suis monté un vélo à partir des pièces qui me restaient suite à mon projet de vélo couché. Ce vélo m’a servi pendant 3 ans et m’a même emmené en haut du Mont Ventoux depuis Grenoble, en 2018. J’ai toujours ce vélo, que j’utilise en complément de mon vélo cargo. J’ai également utilisé ce vélo pour transporter mes deux enfants, avec les moyens du bord.

J’ai donc de l’expérience en réparation de vélo et en bricolage, c’est vrai. Mais je ne suis pas non plus un professionnel. Comme quoi, avec un peu de temps et de patience, on peut faire beaucoup pour son vélo.

Découvrez la suite des aventures cyclables de Mathieu Thomachot en le suivant sur son compte Instagram.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Catégories

Newsletter cyclisme


Qualité de l'air