Bike Kill : Le festival vélo punk de Brooklyn

Publié par
Dera Victory,
le 
Accueil, Actualités, Insolite
Partager
Bike Kill : Le festival vélo punk de Brooklyn

Chaque année, au cœur de Brooklyn, se tient un rassemblement des plus insolites. Il a lieu dans un hangar industriel de l’Est du quartier de Bushwick. C’est là que se retrouvent des cyclistes pour le moins étranges. Ils s’y rassemblent à l’occasion du fameux Bike Kill, un festival organisé par le Black Label Bike Club. Aujourd’hui, nous vous emmenons à la découverte de cet événement. Une sorte de « Mad Max » des temps présents assorti d’un soupçon de « Jackass ».

Le Bike Kill festival, qu’est-ce que c’est ?

Le Bike Kill, c’est en fait LE festival annuel où se donnent rendez-vous les membres du Black Label Bike Club. Toutefois, ce n’est pas un rassemblement ordinaire. En effet, comme l’explique Conrad Carlson, membre de la branche new-yorkaise du club, c’est en quelque sorte « un jour entier de liberté, à travers le chaos, dans les rues« . La manifestation peut aussi être décrite comme une « pure célébration de la créativité avec des vélos et sur des vélos« . Difficile à comprendre direz-vous ? Effectivement, comme le souligne toujours Conrad, le Bike Kill ne peut pas vraiment s’expliquer. Pour comprendre, il faut y être, ajoute-t-il. Toute la beauté de l’événement réside également dans la part de mystère qui l’entoure.

Pour célébrer la créativité, la douce folie et la destruction

En gros, on peut donc dire que le Bike Kill est un rassemblement où tous se retrouvent pour s’amuser (ou plutôt pour se défouler). Sur place, l’on se sent comme dans une véritable cour des miracles post-apocalyptique. Les participants y viennent avec des vélos de leur propre création. Les engins qu’on y retrouve sont assemblés de manière extravagante. Ils sont conçus avec des guidons, des cadres et autres carcasses recyclés, empilés ou soudés ensemble. Le but est de fabriquer des montures toujours plus délirantes. Un peu comme à l’image des véhicules de Mad Max. Tous les participants sont ensuite invités à pédaler sur ces créations, parfois jusqu’à complètement les détruire.


Durant l’événement, les débris de vélos s’éparpillent ainsi dans tous les sens. L’on s’en donne à cœur joie à pédaler et à tout faire voler en éclat. Le tout dans des costumes faits maison aussi ahurissants que les vélos eux même. Des joutes en bicyclettes sont le clou du spectacle. Tout ceci se fait dans une ambiance joviale et quelque peu chaotique qui semble beaucoup plaire aux participants. Tous prennent plaisir à se défouler, parfois d’une manière des plus inhabituelles. C’est aussi ce qui fait le charme de la manifestation.

A noter que ce festival assez déjanté mais amusant est accessible à tous. Le club en parle dans les médias afin de le faire connaître. Si cela vous tente, la prochaine édition aura lieu en octobre prochain. Elle se tiendra comme à l’accoutumée à Bushwick. Comme dit précédemment, le meilleur moyen d’en cerner davantage au sujet de cette manifestation « contre-culturelle » est d’y participer. Pour vous donner un aperçu de ce qui peut vous y attendre, voici quelques photos, des plus évocatrices retrouvées sur l’instagram de la manifestation.

Le Festival vélo Bike Kill en photo

Si vous aimez les festivals vélo, n’hésitez pas à consulter la liste des événements vélo dans toute la France.

Sources:
konbini.com/fr
villagevoice.com
nytimes.com

Partager

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar
wpDiscuz

Catégories

Abonnez-vous à notre newsletter

Qualité de l'air