L’histoire du cyclisme à travers « Les grands mots de la petite reine »

Publié par 
Virginie de Citycle,
le 
Accueil, On parle de vous
Partager
L’histoire du cyclisme à travers « Les grands mots de la petite reine »

Marre de lire les romans policiers sur la plage ? Alors découvrez sans plus attendre « Les grands mots de la petite reine », un ouvrage original retraçant l’histoire du cyclisme à coup de citations inoubliables…

Un florilège de phrases cultes

grands-mots-de-la-petite-reine

Alors que le Tour de France s’est achevé il y a tout juste quelques semaines, retrouvez un livre qui va vous remettre immédiatement dans cette ambiance si agréable. « Les grands mots de la petite reine » regroupe un véritable florilège de petites phrases prononcées innocemment mais devenues célèbres grâce au vélo. Des expressions qui, pour certaines d’entre elles, sont désormais communes et employées au quotidien par tous !

Auteur de nombreux livres sur le cyclisme dont « Les Équipes mythiques du Tour de France », « Dictionnaire des surnoms dans le cyclisme », ou aussi « Les Lieux mythiques du vélo », Michel Guérin propose de (re)découvrir la petite histoire autour de chacune de ces citations. Dans un livre proposant près d’une quarantaine d’entrées, il a retrouvé un grand nombre de phrases cultes faisant partie de la légende des Cycles depuis la fin du XIXe siècle et jusqu’à nos jours  .

« A l’insu de mon plein gré »

Cet ouvrage offre donc l’opportunité de se replonger dans les forts beaux moments de la petite reine. On retrouve ainsi des phrases telles que « La bicyclette, un bienfait social » du journaliste sportif Pierre Giffard, « Jacques Anquetil remonte dans la descente » écrite par Antoine Blondin, « C’était la victoire ou la mort » du coureur Anquetil lui-même ou encore les recommandations d’Henri Manchon en 1935 « On gagne le Tour de France dans son lit ».

Voici notre petite sélection :

  • « Les meilleures fourchettes sont aussi les meilleurs à vélo » – Firmin Lambot, vainqueur du Tour en 1919 et aussi précurseur dans la diététique !
  • « Un Vietto n’abandonne pas ! Il se retire » – René Vietto, un brin orgueilleux en 1947.
  • « On abandonne pas en bas d’un col » pour Louison Bobet qui ne souhaite pas quitter sa course malgré sa blessure.
  •  « À l’insu de mon plein gré » – Richard Virenque et son expression maladroite lors de l’affaire Festina en 1998.
  • « Cette course… c’est une connerie » – Bernard Hinault en 1980 à propos de Paris-Roubaix. Énervé notamment par ses crevaisons à répétition, le coureur confie aux journalistes ne pas être inspiré par cette épreuve mixant cyclisme et cyclo-cross.
  • « J’accroche une remorque à mon vélo, j’y mets ma belle-mère et j’arrive encore premier en haut du col » – Jean Robic en 1947, très fier d’avoir été sacré vainqueur du Tour cette année sans avoir pourtant jamais porté le maillot jaune. C’est à lui qu’on doit également « J’ai un Coppi et un Bartali dans chaque jambe » en référence aux deux coureurs italiens. Citation qui sera reprise et adaptée par Hassenforder, en 1954, devenant ainsi : « Des Bobet, j’en ai un dans chaque jambe ».

Julien_Vervaecke_and_Maurice_Geldhof

Sources :

  • Les grands mots de la petite reine (juin 2016), Mareuil Editions, 187 pages, 15€50
  • Communiqué de presse
Partager

Poster un Commentaire

5 Commentaires sur "L’histoire du cyclisme à travers « Les grands mots de la petite reine »"

avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes

Catégories

Abonnez-vous à notre newsletter

Qualité de l'air