Épisode I : Le vélo, Vélib', V'hello … L'appel du vélopartage résonne en France !

Publié par 
Othello Desurmont,
le 
Accueil, Actualités, Société
Partager
Épisode I : Le vélo, Vélib', V'hello … L'appel du vélopartage résonne en France !

armée de vélib'

Le vélo en libre service est comme son nom l’indique, une bicyclette dont on peut se servir librement pour se déplacer. Gratuite ou moyennant un coût minime, elle est mise à disposition par la mairie dans les lieux publics les plus fréquentés.

Ce système de vélo-partage fut inauguré à La Rochelle en 1974 avec l’installation de 350 vélos jaunes répartis dans 3 stations en centre-ville. Dès lors, d’autres modèles de vélos citadins en libre service seront mis en place partout en Europe et dans le monde. Rennes lance le «Premier libre-service vélo informatisé au monde» en 1998, puis Lyon adopte ce nouveau système de transport urbain en 2005. Quand à la capitale, Paris se lance dans l’aventure en juillet 2007 et fait évoluer ce système de transport individuel si bien qu’il en devient une mode !
Tout le monde s’y met, les médias communique copieusement sur le Véli’b et le vélo revient dans les esprits comme un mode de transport sain, écolo, économe et pratique !

En France, 26 communes nous proposent actuellement le vélo citadin en libre service :

Aix-en-Provence, Amiens, Avignon, Besançon, Bordeaux, Caen, Cergy-Pontoise, Chalon-sur-Saône, Dijon, Grenoble, La Rochelle, Lyon, Marseille, Montpellier, Mulhouse, Nancy, Nantes, Nice, Orléans, Paris, Perpignan, Plaine-Commune pour les villes d’Aubervilliers,Saint-Denis, La Courneuve et l’Ile-Saint-Denis, Rennes, Rouen, Toulouse et Vannes.

Allemagne, Autriche, Belgique, Danemark, Espagne, Finlande, Italie, Norvège, Pays-bas, Portugal, Royaume-Uni Suède et Suisse sont également de la partie en Europe.
De l’autre côté de l’Atlantique, les États-Unis et le Canada ne sont pas en reste. D’après le Bureau du recensement des États-Unis, 623 000 Américains utilisaient un vélo pour aller travailler en 2008, soit une augmentation de 33% par rapport à 2004.

Comment sont financés ces vélos citadins ?

Deux groupes d’affichage urbain se disputent le marché. Dans la plupart des cas, c’est l’afficheur JC Decaux qui a emporté les appels d’offre face à son principal concurrent, l’Américain Clear Channel : le groupe publicitaire, également gestionnaire de mobilier urbain, prend en charge le coût et la maintenance des vélos en échange d’espaces publicitaires. Son concept Cyclocity s’exporte un peu partout.
Pour les maires, l’avantage est clair : désengorger les centres villes avec un mode de transport non polluants et convivial sans budget supplémentaire pour la ville. De plus, on entendait en 2006 que JC Decaux s’était engagé à reverser une redevance de 3,5 millions d’euros annuelle au budget municipal en plus de supporter les charges du réseau Velib parisien.
D’une autre façon, l’agglomération des villes comme Orléans propose ce service en dehors du marché publicitaire. C’est en effet Effia, filiale de la SNCF, qui gère le service.

Je ne sais pas si nous pouvons parler d’égalité, quoiqu’il en soit il existe des différences entre nos villes concernant le coût de la location d’un vélo en libre service !
La location de vélo coûte au Parisien six fois plus qu’au Lyonnais : tandis que l’abonnement annuel coûte 29 euros à Paris, il ne coûte que 7 euros à Marseille contre 5 euros à Lyon. Selon la société JC Decaux, le tarif parisien a été décidé par sa mairie et correspondrait plus à la réalité du service qu’à Lyon où le système coûte plus cher que prévu. Bref, deux modèles distincts : l’un qui doit rentrer dans ses frais, l’autre qui joue sur l’incitatif et la liberté !

VELOS URBAINS vélocité

En parallèle du vélo en libre service, un autre système de prêt de vélo existe, notamment à Angers. C’est le concept Vélocité. Un vélo est remis à l’utilisateur après la signature d’un contrat de prêt. D’une durée d’une semaine minimum et de trois mois maximum, il peut être renouvelé trois fois pour chaque emprunteur.
Contrairement au premier service dévolu aux visiteurs occasionnels et aux touristes, celui-ci est destinée aux résidents, à des usagers « stables ». Après avoir donné le goût du vélo, les gens s’en achètent généralement un.

Les deux systèmes sont complémentaires.

Quand la distance est trop courte pour prendre la voiture et trop longue pour marcher, pensez à utiliser ce service 100% écologique.
Le vélo fait tous les jours de nouveaux adeptes, la « vélorution » est en route !

Sources :
ETYC
ConsoGlobe
Wikipedia

Partager

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar

Catégories

Abonnez-vous à notre newsletter

Qualité de l'air