Daniel Kish, non-voyant, se déplace à vélo grâce à l’écholocation

Publié par Irina RASOA, le  14 novembre 2013
Daniel Kish, non-voyant, se déplace à vélo grâce à l’écholocation

Souvent la vie n’est pas simple mais avec de la persévérance tout peut être possible. C’est ce que démontre Daniel Kish, non-voyant depuis la naissance, cet homme réussit à se déplacer à vélo et à voir ce qui l’entoure grâce à l’écholocation.

Daniel Kish est atteint depuis la naissance d’un cancer rétinien qui le rend aveugle ; il survit grâce à plusieurs interventions chirurgicales et se fait enlever les deux yeux à 13 mois. De ce moment, il commence à développer ce qu’on appelle l’écholocation ce qui se traduit par des claquements de langue pour mieux percevoir l’environnement qui l’entoure, sur le modèle des chauves-souris.

Cette nouvelle façon d’appréhender son milieu lui permet de se déplacer plus simplement et même à vélo en pleine circulation, une véritable liberté retrouvée. Le claquement de la langue crée un onde sonore qui se répercute sur les surfaces environnantes revenant ainsi sous la forme d’échos affaiblis. Le cerveau de Daniel produit à partir de cela une image en trois dimensions qui lui permet de détecter selon les distances des obstacles plus ou moins gros : au plus près, un bâton de 2 cm d’épaisseur, à 5 m des voitures et à 50 m des maisons.

Le fait de pouvoir se déplacer à vélo est une véritable révolution dans la vie de Daniel :

C’est le grand frisson, mais il faut être extrêmement concentré sur les signaux acoustiques. Je claque la langue deux fois par seconde, bien plus qu’à l’ordinaire.

Daniel Kish souhaite désormais partager cette technique au travers de son association World Access for the Blind pour développer l’écholocation qui ce trouve en chacun à l’état latent.

Source :

5 comments

Laisser un commentaire

Catégories

Archives