Démarrer, s’arrêter et virer à vélo : des conseils utiles pour conduire en ville

Publié le par & catégorisé dans Accueil, Conseils, Pratique du vélo, Vélo en ville.

conseils de conduite à vélo

La ville est un territoire dangereux pour la pratique du vélo. Il faut bien se placer, avoir un bon comportement derrière son guidon, bien anticiper les aléas de le route, … mais avant de se mettre à rouler, il faut savoir démarrer, s’arrêter et bien sûr tourner. Cela peut paraître futile mais les conseils qui suivent sont primordiaux pour une bonne conduite en ville. Que vous soyez débutant ou expérimenté, il est toujours bon de revoir les bases.

Avant tout, il faut bien démarrer !

Beaucoup de nos lecteurs penseront sûrement que ces conseils ne sont pas essentiels. Il faut tout de même savoir qu’un bon départ est rapide, sûr, et confortable ; c’est d’autant plus crucial en côte et dans la circulation citadine. Le but est d’atteindre très rapidement la vitesse nécessaire à l’équilibre tout en limitant la période où l’on n’a qu’un contrôle partiel du vélo à cause de la faible vitesse.
Pour bien s’installer sur le vélo, il faut se placer à cheval sur le cadre, à l’avant de la selle, les deux pieds au sol tout en actionnant les freins pour maintenir le vélo en place. Ensuite, le cycliste doit placer une pédale à deux heures (en haut vers l’avant) ; le vélo est donc prêt à partir. Un fois le frein relâché, on peut démarrer en poussant fort sur la pédale pour avancer à bonne vitesse tout en se hissant sur la selle. Dès que l’autre pédale vient en position haute, il est temps d’installer le second pied.

Utiliser des pédales automatiques ou de cale-pieds permet d’augmenter l’efficacité du pédalage et la sécurité en évitant aux pieds de glisser pendant la poussée.

Pour s’arrêter, le cycliste doit glisser de la selle en prenant appui sur une pédale, pencher le vélo pour placer le pied qui ne sert pas au démarrage au sol. Pour redémarrer, on recommence sur le même principe.

Gérer ses freins à vélo

Dans un premier temps, il faut que les freins soient en bon état de fonctionnement donc n’hésitez pas à les faire réviser ou remplacer si cela est nécessaire. Ensuite, il faut apprendre à connaitre ses freins : leur comportement, leur temps de réponse en fonction de la pression de la poignée et aussi de l’humidité ambiante, …

Tous les vélos sont équipés de deux freins placés soit sur le guidon, soit un sur le guidon et un en rétropédalage. Si les deux sont sur le cintre du vélo, il est primordial d’apprendre à utiliser les deux simultanément pour un freinage rapide.

Lorsqu’on s’arrête (en voiture, à pied ou à vélo…), le poids se déplace vers l’avant ; à vélo, le poids se déplace donc sur la roue avant. Si, marchant à côté de son vélo, on ne freine fermement qu’avec le frein avant, le freinage est brusque et la roue arrière décolle légèrement. Si on ne freine qu’avec le frein arrière, le freinage est plus mou et la roue arrière peut zigzaguer ou déraper.
Le plus sûr et le plus efficace consiste donc à utiliser les deux freins simultanément. Mais il faut apprendre à les doser ; il ne faut jamais donner des « coups de freins », le freinage se fait toujours de manière progressive et sensible.
Sur route humide, le temps et la distance de freinage sont allongés ; pour éviter cela, il faut assécher régulièrement les jantes, surtout avant un freinage éventuel (à l’approche d’une intersection par exemple), en pressant légèrement les freins.
Lorsque vous roulez sur des surfaces glissantes, cahoteuses (gravillons, sable, feuilles mortes, eau, huile, verglas…) ou encore avec la roue avant à plat (ce n’est pas conseillé), le frein arrière doit être utiliser pour contrôler sa vitesse afin de maitriser au mieux sa monture.

Virer de bord à vélo

On a démarré et freiné mais les routes ne sont malheureusement pas toute en ligne droite, il est donc indispensable de bien gérer ses virages. Pour faire virer un vélo, il est nécessaire de se pencher latéralement du côté où l’on tourne. Pour un rayon de courbure équivalent, plus la vitesse est élevée, plus le cycliste doit se pencher. On n’a pas le choix ! C’est le centre de gravité qui se déplace pour permettre à l’ensemble vélo-cycliste de rester en équilibre. Cette technique a l’avantage de permettre la conservation de la manœuvrabilité du vélo, même en cas d’aspérités sur la route. Il faut également regarder là où l’on veut diriger le vélo, en tournant la tête, pour réaliser un virage parfait.

La conduite du vélo s’apprend en pratiquant. Ces quelques bases techniques sont les fondements d’une bonne pratique et ils sont indispensables pour bien appréhender les dangers de la route. Donc c’est parti, tous en selle !

Source :

 

 

Partagez!

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

Tags: , ,